Google+ Badge

vendredi 20 mars 2015

de Gastebois: Généalogie. Deuxième partie

de La Monde: deuxième branche de Gastebois

de Gastebois: Généalogie. Deuxième partie

Mots suggérés: de La Monde, seigneur de La Monde, seigneur de la Monde, des Mouniers et de Moulis, de Gastebois de la Monde, La Monde, Monde
de La Monde
2. DEUXIÈME BRANCHE: SEIGNEURS DE LA MONDE
Les seigneurs de La Monde: Branche cadette de la famille de Gastebois: De Gastebois de La Monde.
III. Antoine DE GASTEBOIS, écuyer, seigneur de Leymarie, 3° fils de Pierre de Gastebois et d'Antoinette de la Faye, fut, au contrat de mariage de son neveu, Jean de Gastebois, le 6 août 1593, procurateur de Thoinette de Bouilhaguet, mère du fiancé. Il épousa demoiselle Jeanne de MARTRES, fille d'Etienne de Martres (de MARTRES : De gueules à 4 cotelles d'argent écartelées de gueules, à un mortier de guerre d'or, et sur le tout d'azur à une main armée d'argent tenant une croix pattée de même.) et de Catherine de Marcillac (Voir l'inventaire fait en 1607, au décès d'Antoine de Gastebois seigneur de Leymarie (archives de la famille). Il en eut trois enfants qui sont :
1° Gabriel de Gastebois, écuyer, seigneur du Cauze, qui épousa, le 31 janvier, demoiselle Anne de Faure, fille de noble Gabriel de Faure, écuyer, seigneur du Cauze, et de Françoise de Neuville. Ils eurent trois enfants qui sont:
A. Pierre de Gastebois, écuyer, qui était en 1624 page de la Reine, Anne d'Autriche, ainsi qu'il appert du contrat de second mariage de sa mère avec Antoine de Gastebois (de la branche aînée). Pierre mourut chez la Reine, sans avoir été marié.
B. N... de Gastebois, mentionné au même contrat.
C. N... de Gastebois, également mentionné audit acte.
2° Charlotte de Gastebois, qui épousa le 9 septembre 1604 messire Pierre de Noguier, écuyer, seigneur de Chassac.
3° Antoine de Gastebois, qui suit :
IV. Antoine DE GASTEBOIS, écuyer, seigneur de la Monde, obtint de Dupuy, délégué de l'Intendant Pelot, le 13 décembre 1666, un jugement de maintenue de sa noblesse. Comme il ne put retrouver et produire le contrat de mariage de son père, il suppléa à ce titre, afin d'établir dûment sa filiation : 1° par un contrat de partage intervenu entre lui et son frère Gabriel, le 26 août 1614, dans lequel ils avaient légalement pris la qualité d'écuyers, fils d'Antoine de Gastebois, seigneur de Leymarie et de Jeanne de Martres ; 2° par une copie de l'inventaire des effets mobiliers recueillis dans la succession du seigneur de Leymarie, fait devant le juge ordinaire de Lauzun, le 18 avril 1607 : Antoine y est désigné « seigneur de la Monde, fils d'Antoine, seigneur de Leymarie et de Jeanne de Martres. » Par contrat du 14 décembre 1635, Antoine épousa demoiselle Henrye de MONTARD, fille de Messire Jean de Montard (de MONTARD : Parti, au 1er d'or à trois bandes de gueules ; au 2e d'azur à deux pattes de griffon d'or contournées), seigneur de Margniac, de Campagnac et du Bue, et de Magdeleine de Bardon de Ségonzac : De ce mariage est issu:
V. François DE GASTEBOIS, écuyer, seigneur de la Monde et des Mouniers, servit dans les armées du roi, ainsi qu'il résulte d'une, procuration donnée à sa femme pour administrer ses biens, à la date du 31 mai 1690, et d'une convocation sous les armes qui lui fut adressée le 15 mars 1694 par M. du Chillaud, lieutenant général de la sénéchaussée de Bergerac, de la part du marquis de Sourdis. Il avait droit de sépulture en l'église de Serres (Voir l'acte de confirmation délivré le 30 mai 1686 à Issigeac par l'Evêque de Sarlat et qui porte la signature de Fénelon. Des ordonnances de maintenue de l'Evêque de Sarlat, datées du 4 juin 1655 et 24 octobre 1727 prouvent les mêmes droits honorifiques en l'église de Saint-Macaire.), sa paroisse, située dans la juridiction d'Eymet. Il avait épousé: 1° par contrat du 17 juillet 1678, demoiselle Marguerite de SAINT-BONNET, fille de Messire de Saint-Bonnet et de Gabrielle de Mézerat, dont il n'eut pas d'enfants ; 2° par contrat du 19 novembre 1679, demoiselle Marguerite DE FEYTOU, fille de Messire Martial de Feytou (de FEYTOU : Ecartelé : au 1er de sinople à l'arbre d'or; au 2° et au 3e de gueules au lion passant d'or ; au 4° d'azur au cerf passant d'argent), écuyer, seigneur dudit lieu et de Marie de Ville : mariage dont sont nés trois fils, institués héritiers dans le testament de François, en date du 5 novembre 1709 et qui sont:
1° Jean, qui suit:
2° Marc-François de Gastebois, écuyer, seigneur de la Pleyssade, lieutenant au régiment de Normandie, ainsi qu'il appert d'une transaction faite entre lui et sa mère, Marguerite de Feytou, le 16 octobre 1718. Il épousa, le 19 novembre 1735, demoiselle Françoise Martinaud, dont il n'eut pas de postérité.
3° Jean, qui n'a pas laissé de traces.
VI. Jean DE GASTEBOIS, écuyer, seigneur de la Monde et des Mouniers, baptisé le 6 septembre 1682, fut capitaine au régiment de Normandie (Voir la mention de cette qualité de capitaine au Régiment de Normandie dans une requête, adressée en octobre 1729, par Marguerite de Feytou, mère de Jean, à l'Intendant de la généralité de Bordeaux. (Archives de la famille.). Par contrat du 6 mai 1725, rédigé en acte public le 3 août 1736, il épousa demoiselle Pétronille de MONTARD, fille de messire Jean de Montard, seigneur de Lespille, et de Jeanne de Riom. Dans son testament du 4 janvier 1735, il institue pour héritiers ses quatre enfants qui sont :
1° Jean-Joseph, qui suit :
2° Marguerite de Gastebois, qui épousa, le 1er novembre 1745 noble homme Jean Malardeau, seigneur de Fontenelles, fils de Jean Malardeau et de Jeanne de Raymond.
3° Pierre, qui n'a pas laissé de traces.
4° Marie-Bonaventure, décédée en bas âge.
VII. Jean-Joseph DE GASTEBOIS, écuyer, seigneur de la Monde, des Mouniers et de Moulis, baptisé en l'église de Serres, le 18 février 1728, entra jeune au service du roi et eut aux armées une longue et belle carrière. Il fut capitaine au bataillon de Lamarque, le Ier mars 1756, et en 1758, commandant du fort de la pointe de Grave, armé de dix-huit pièces de canon. Major d'infanterie le 1er août 1759, major garde-côtes en Médoc, le 30 novembre 1760, chef de division, commandant les écoles d'artillerie de Lormont (près Bordeaux), le 1er mars 1779, il mérita dans ces différents postes l'estime particulière du baron de Verteuil, lieutenant-général des armées du Roi, inspecteur d'artillerie dans la province, et celle du maréchal de Richelieu, gouverneur de la Guienne (Voir la correspondance avec ces deux personnages. (Archives de la famille.). Jean-Joseph ayant demandé au Roi une pension de retraite, le baron de Verteuil apostilla sa requête en ces termes : « M. de Gastebois est un très bon gentilhomme de cette province (Guienne) qui est chargé de huit enfants ; il en a six au service du Roi, il est le septième officier de sa famille (de sa branche), et a toujours servi avec beaucoup de zèle et de distinction. La grâce qu'il demande ne saurait être mieux placée. » D'intéressantes correspondances avec les maréchaux ducs de Biron, de Duras, de Richelieu, de la Force, avec les ducs de Choiseul et de Narbonne, avec Turgot, avec le marquis de Donissan, etc., témoignent de l'estime et de l'amitié dont il était honoré par les personnes les plus considérables de son temps (Ces correspondances ont été conservées aux Archives de la famille.). En 1789, il prit part à l'assemblée de la noblesse du Périgord qui vota l'élection de députés aux Etats généraux. JeanJoseph de Gastebois a épousé : 1° par contrat du 29 avril 1749, Louise-Charlotte de GIRAUDEL, dont il n'eut pas d'enfants ; 2° par contrat du 6 avril 1751, Marie-Anne de VILLENEUVE de DURFORT, fille de messire Pierre de Villeneuve de Durfort (de VlLLENEUVEDURFORT : D'azur à un château d'or parti d'argent et à un lion de sable), baron de Macau et de Cantemerle, seigneur de Ludon, et de Marie de Louppes (Antoinette de Louppes, mère de Michel de Montaigne, appartenait à cette famille.) ; mariage dont sont issus les dix enfants qui suivent :
1° Pétronille, née au Mounier, le 2 février 1752, mariée le 5 janvier 1789, avec noble Jean de Cadot, seigneur d'Argeneuil, lieutenant de cavalerie.
2° Marie-Anne, née le 22 décembre 1752, qui n'a pas laissé de traces.
3° Martial, qui suit :
4° Jean de Gastebois, écuyer, né le 21 février 1755; il servit dans la marine et fut lieutenant de vaisseau. Fait prisonnier par un Corsaire anglais au retour de la Guadeloupe, retenu à Cork, en Irlande, en 1779, il revint dans son pays par suite d'un échange international entre lui et sir James Alison, lieutenant au service d'Angleterre. Sa noblesse fut attestée par ses cousins, les gentilshommes soussignés : Commarque, d'Abzac, de Cours, de Bans, Longueval, Bailler, Gironde, Bideran. Il émigra et mourut sans avoir été marié.
5° Pierre de Gastebois, écuyer, né le 15 février 1756, cadet-gentilhomme le 6 juin 1776 au régiment de Languedoc, sous-lieutenant en 1778, lieutenant en 1785, au même régiment. Il émigra et servit à l'armée des Princes. Il n'était point marié.
6° Antoine, écuyer, né le 30 janvier 1757, fut lieutenant au régiment de Bretagne. Il mourut sans alliance.
7° Marie-Françoise-Eléonore, née le 2 octobre 1759, n'a pas laissé de traces.
8° Armand, né le 18 octobre 1760, décédé à 12 ans.
9° Jean de Gastebois, écuyer, né le 18 novembre 1766, fut admis le 3 octobre 1775 à l'Ecole militaire de la Flèche, et, à cette occasion, fit, devant d'Hozier, ses preuves de noblesse (Ces preuves sont à la Bibliothèque nationale (salle des manuscrits). Il émigra et servit à l'armée de Condé. Il n'était pas marié.
10° Jean-Pierre-Batild de Gastebois, écuyer, né le 13 janvier 1768, admis à l'Ecole militaire de la Flèche le 23 février 1778, sous-lieutenant au régiment de Bretagne en 1782, lieutenant, puis capitaine au même régiment de Bretagne. Il émigra, fut chasseur à l'armée de Condé et Chevalier de Saint-Louis en 1797 : sa promotion dans l'ordre de Saint-Louis fut confirmée en 1815, en récompense de sa fidélité pendant l'émigration et de ses services avant 1789. Le 3 mai 1819, Batild de Gastebois épousa Mlle Zoë de Thamaint de Cressat, fille de M. Jean-Antoine de Thamaint de Cressat (de THAMAINT DE CRESSAT : D'azur à la main levée d'or accompagnée de 4 fleurs de lys même.), Chevalier de Saint-Louis et de la Légion d'honneur et de Mlle Malbey de Luchat. Il mourut sans enfant.
VIII. Martial DE GASTEBOIS, écuyer, seigneur de la Monde et du Mounier, né au Mounier, le 1er avril 1754, fut lieutenant au régiment provincial de Marmande, le 4 août 1771, puis au bataillon de garnison d'Agenais, en 1778. M. de Gastebois fut détenu dans les prisons de Bergerac pendant la Terreur « pour avoir quatre frères émigrés et n'avoir pas témoigné son attachement à la Révolution ». Il se maria avec Mlle Rose de LA BARRIÈRE, fille de noble Pierre de la Barrière (de LA BARRIÈRE : De gueules à trois chevrons d'or herminées de sable.) ex-lieutenant dans la compagnie de Lusignan, au régiment d'infanterie de Pezé, et de Marie Bergey. Il n'eut pas d'enfants et fut le dernier survivant de la branche des Gastebois de la Monde, qui s'éteignit avec lui en 1843.
Branche éteinte.
Retour à la branche aînée
Voir branche de Marignac :article à paraître le 30 mars 2015
de La Monde, seigneur de La Monde, seigneur de la Monde, des Mouniers et de Moulis, de Gastebois de la Monde, La Monde, Monde
« Je valide l’inscription de ce blog au service Paperblog sous le pseudo billardbaltyde ».